My first book. Part 3

 

 » L’enveloppe »

 

Je pensais déjà au 10 que j’allais avoir à ma dissertation car comme d’habitude, c’est moi qui allait avoir les plus beaux points de la classe. On devait rédiger un texte descriptif sur une situation plus ou moins étrange qu’on avait vécu récemment. Pour ma part, je savais déjà ce que j’allais raconter en pensant à la vielle femme de tout à l’heure. Je ne sais pas pourquoi mais j’eu envie de la connaître un peu plus. Je suis tellement habitué à impressionner, éblouir les gens quant à mon intelligence que je fus drôlement surprise par la réaction de celle-ci.

 

 

2 jours plus tard

 

 

Je sentis de la chaleur sur mes yeux. Je les ouvris, c’était le rayon de soleil. Je jetai un coup d’œil à mon réveil, il était 10 heures. J’adore les samedis matins et j’adore aussi le soleil. Plus tard, j’irai vivre dans un pays chaud, je me réveillerai tout les jours à 10 heures et je ferai le plus beau métier au monde, qui est écrire toutes mes idées, mes rêves, mes inspirations, tout mettre sur papier. Je me levai pour dégager les rideaux, et à ma grande surprise, j’aperçus la méchante vielle de l’autre fois. « Je sens que je vais bien rire aujourd’hui  » me dis je à voix haute en souriant. Je m’empressai de me changer, fallait pas que je la perde de vue, j’attachai mes cheveux, mis mes bottes et enfin mon manteau. « Et c’est partit » pensai-je. Je descendis doucement les escaliers car papa et maman dormaient surement encore. J’ouvris doucement la porte, j’avais hâte de découvrir qui était cette méchante sorcière . Je m’imaginais à la chasse aux mauvais sorciers , j’étais à Poudlard dans la peau d’Hermione. » Mon imagination me tuera un jour » pensai-je . J’étais à 10 pas de la vielle mystérieuse. Elle était horrible de derrière comme de devant. On aurait cru qu’elle était crochue de toute part. On voyait les courbes de ses os sous sa robe bleu vert. Elle avait un sac en plastique à la main qui laissait transparaitre 2 baguettes. Elle a surement du passé à la boulangerie d’en face comme le font la plupart des gens ici, les samedis matins. Elle avait une démarche assez étrange. C’est vrai qu’elle marchait très lentement comme la plupart des personnes âgées mais sa manière de trainer les pieds était très loufoque. Elle donnait l’impression de trainer des poids lourds. Des poids émotionnels. Cette femme cachait quelque chose. Cela faisait 40 minutes qu’on marchait, je ne pensais pas qu’une vielle personne pouvait marcher autant. La ruelle s’assombrit de plus en plus. Il y avait des déchets, des conteneurs remplis que quelqu’un s’est amusé à balancer, ça puait les poubelles et les bières, plusieurs bouteilles d’alcools étaient brisées au sol. Les murs étaient tous tagués avec de longues taches noirs. Je m’arrêtai.  » Comment ne l’ai je pas remarqué plutôt ? » me chuchotai-je.  » Comment un détail aussi flagrant a t-il pu m’échappé ? ». Je commençai à stresser. La plupart des vitres étaient brisées. C’étaient des maison …..inhabitées. Il y avait surement eu un incendie qui aurait dévasté tout le quartier. J’eu un frisson. Il n’y avait plus que moi et cette….chose. J’étais à 57 minutes de chez moi. Mon cœur commença à battre la chamade mais une petite voix dans ma tète m’obligeait à continuer.  » Stupide petite voix » pensai-je . Je suais de toute mes forces. Elle s’arrêta devant une maison. Une très grande maison avec une porte en bois qui devait faire au moins 6 fois ma taille et qui paraissait tout aussi écorchée que la vielle. J’avalai ma salive.  » C’est plus drôle du tout là » pensai-je en retenant mes larmes. Il n’y avait qu’une seule chose qui paraissait bien vivante à cet endroit; la pelouse. En face de la maison, il y avait une belle pelouse séparée au milieu pour frayer le passage jusqu’à la porte d’entrée. C’était la seule maison qui en possédait une. La sorcière laissa la porte entrouverte. Je respirai un bon coup puis je rentrai. Il faisait sombre à l’intérieur, on voyait à peine des reflets. C’était la cave. J’avançai un peu tout en retenant ma respiration. Il y avaient des chaises, des tables, des objets cassés et éparpillés de toutes part. Il y avait une porte entrouverte à ma gauche. Je la poussai pour entrer puis je m’empressai de me boucher le nez. L’odeur était insoutenable. Il y avait une quantité énorme de sac rempli avec des mouches qui tournait autour. Je refermai la porte brusquement. Je ne voulais pas savoir ce que contenaient ces sacs, en tout cas, pas pour l’instant.

 

 

 

Et voici mes petits choux, le troisième épisode de mon histoire intitulé « L’enveloppe » arrive à son terme.

Genre; fantastique et thriller.

N’hésitez surtout pas à émettre vos avis ( négatifs ou positifs) . Les suggestions sont les bienvenues également. XD!

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s